Prochainement en ligne ...

- abonnement à la newsletter -

MERCI !

anne-flore cabanis

« À flux tendu.

Ce sont des élastiques tendus, des bandes de scotch, des droites tracées à l’encre sur du papier blanc, mais pour Anne-Flore Cabanis, ce sont des lignes. Parfois, elles se déploient sur la surface plane d’une feuille, parfois elles se projettent dans l’espace ou s’enchevêtrent au sol comme des mikados de bois. (...) » lire la suite

Stéphanie Lemoine

À flux tendu.

Ce sont des élastiques tendus, des bandes de scotch, des droites tracées à l’encre sur du papier blanc, mais pour Anne-Flore Cabanis, ce sont des lignes. Parfois, elles se déploient sur la surface plane d’une feuille, parfois elles se projettent dans l’espace ou s’enchevêtrent au sol comme des mikados de bois. A Mulhouse, dans le hall de la Filature investi par l’artiste lors de la saison 2012 – 2013, elles sont tantôt blanches, tantôt agencées à l’image du spectre lumineux.

Au fil des interventions (7 au total), les visiteurs du lieu les ont vues tour à tour « rebondir » dans l’espace après avoir heurté aléatoirement l’escalier ou les coursives du premier étage – d’où le titre de l’oeuvre, Rebonds – puis saturer le sol d’angles obtus ou de segments de quelques mètres.

Pour Anne-Flore Cabanis, ces lignes succèdent à une patiente observation des lieux, dont elles sont venues révéler la vocation : accueillir le mouvement. Le hall est en effet un lieu de passage et de distribution. Il est traversé par un flux de visiteurs en transit, d’employés, d’agents de nettoyage, par tout un public en transit. Rebonds est un peu comme la projection de ce flux : « L’accueil reçoit puis redirige, écrit-elle à propos de son intervention. Comme un point d’éclatement, il disperse les trajectoires vers la galerie, la médiathèque, les bureaux, la salle modulable, la grande salle, les salles de répétition, etc. »

La demande du commanditaire était que l’oeuvre in situ invite à regarder le lieu autrement. Pour la satisfaire, l’artiste conjecture des visiteurs et les possibilités presque infinies de leurs déplacements dans l’espace.

Ces lignes réitérées obsessionnellement par tous les moyens et sur tous les supports loisibles, c’est donc bien cela : des trajectoires. Trajectoires hypothétiques du visiteur devant et dans le hall de la Filature, mais aussi trajectoire de la lumière dont les rayons viennent successivement frapper divers points du mur. Trajectoires des passants sur une place : à Bruxelles, en septembre 2013, Anne-Flore Cabanis déroule devant la galerie ArchiRAAR une ligne de scotch longue de 5,5km. La vidéo Chronotopie qu’elle a tiré de l’événement souligne l’étroite relation entre les flux de passants qui traversent les lieux et la progression de l’oeuvre, dont les segments s’entrecroisent jusqu’à saturer le sol. Quant aux « labyrinthes » (la plasticienne a longtemps nommé ainsi ses lignes sur papier), il est facile d’y voir une trajectoire psychique, une simple projection des ratiocinations de l’artiste.

En suivant sa ligne, Anne-Flore Cabanis donne à voir des flux, toutes sortes de flux : flux humains, flux de conscience, flux ferroviaires (lors de la Nuit blanche Metz en 2012, elle a investi la gare de Metz dans une installation intitulée Tracés), et même flux sanguins (en 2013, dans le cadre de Slick Art Fair Paris, elle a exécuté 6 lignes labyrinthiques sur papier avec son propre sang, performance --:--:--, sang sur papier). D’où son intérêt pour les « connexions » (c’est le titre d’une de ses oeuvres au Centquatre-Paris), pour les gares, pour les réseaux – et bien sûr pour les lignes, dont il faut voir ici un synonyme de trajet, d’itinéraire, comme on parle d’une ligne de bus ou d’un pilote de ligne. Flux, lignes, connexions, trajectoires : le lexique d’Anne-Flore Cabanis se superpose à celui de la mobilité, paradigme régnant du monde où nous vivons. Mais chez la plasticienne, ce paradigme permet d’incliner l’intervention in situ dans le sens d’une méditation sur le temps.

De fait, les trajectoires d’Anne-Flore Cabanis n’ont rien de fonctionnel ni de routinier. Inquiètes, obsessionnelles, à l’occasion labyrinthiques, elles semblent accomplir un rituel dont l’objet serait d’occuper l’espace pour maîtriser le temps en lui donnant forme. Entreprise difficile et sans doute condamnée d’avance, d’où l’hésitation qui balance ses oeuvres entre deux pôles : d’un côté l’ordre, la règle, la patience, la tentation géométrique, la rigueur scientifique (avant de faire les Beaux-arts, Anne-Flore Cabanis voulait être ingénieur); de l’autre, l’entropie, le déséquilibre et l’instantané. Ici, la compulsion. Là, l’impulsion.

Exemples : en 2013, à la galerie Vincenz Sala, au cours d’une performance inaugurale Temps, l’artiste déchire méthodiquement un dessin à l’encre qui lui a réclamé plusieurs dizaines d’heures de travail. Le geste est d’autant plus transgressif (d’ailleurs, dans la salle, le public récrimine et réprouve) que le dessin obéissait à des contraintes fortes, imposées par l’artiste à elle-même : déployer à main levée une unique ligne d’encre sur le papier, en noircir la surface à coup de bifurcations à angle droit, ne jamais faire se croiser la ligne.

Ce travail obsessionnel, cette construction patiente et répétitive d’une forme familière se voit ainsi défier par le geste imprévu de la main qui détruit. De la même manière, l’artiste clôt le cycle de ses interventions à la Filature en invitant le public à couper les élastiques si patiemment tendus. La ligne droite s’assouplit brusquement et fouette l’espace dans sa trajectoire.

« Mettre de l'étranger dans le familier », écrit Anne-Flore Cabanis en guise de pensum à propos des Rebonds. Et aussitôt elle ajoute : « ne pas avoir peur de frôler l'étrange et le chaotique. » Dans ce frôlement, dans ce léger déséquilibre et cette hésitation, se tient sa singularité.

Stéphanie Lemoine auteur de «L'art urbain» coll. Découvertes Gallimard et co-auteur de «Artivisme» et «In Situ» éd. Alternatives

« La ligne, cet élément abstrait constitutif du dessin et de la peinture, n'a pas fonction, dans le travail d'Anne-Flore Cabanis, de contour cernant un motif.

A la fois autonome et obéissant à une règle stricte de non intersection et de pliure à angle droit, elle se déploie sur la surface du papier formant un tissage d'une extrême finesse. (...) » lire la suite

Amélie Pironneau

La ligne, cet élément abstrait constitutif du dessin et de la peinture, n'a pas fonction, dans le travail d'Anne-Flore Cabanis, de contour cernant un motif.

A la fois autonome et obéissant à une règle stricte de non intersection et de pliure à angle droit, elle se déploie sur la surface du papier formant un tissage d'une extrême finesse. Le dessin, au fondement de l'univers plastique de cette artiste, procède de ces entrelacs tracés à l'encre noire à main levée, dessin qui se construit non par composition mais de façon progressive jusqu'au moment de surgissement d'une image.

Ainsi, dans la série des sphères, le travail du trait all-over repousse celui-ci sur les bords produisant l'impression d'une sorte de déchirement du centre faisant apparaître l'image par défaut d'un continent inconnu. Dans d'autres cas, la sphère semble visuellement en rotation grâce à un jeu de dégradé de l'encre noir faisant office de clair-obscur.

Dans le format rectangulaire, le dessin procède par chevauchement de plans, faisant apparaître celui d'une ville disparue, ou bien des motifs graphiques aux lignes courbes qui rappellent ceux de Kupka.

Ce travail original du dessin qui fait circuler le regard rappelle, s'il le fallait, qu'il demeure du figuratif dans les oeuvres abstraites.

Anne-Flore Cabanis prolonge sa pratique du dessin par l'art de l'installation qu'elle pense en terme évolutif, passant de l'espace du tableau à l'espace du mur et du lieu d'exposition dont elle aime prendre possession.

Le dessin dans l'espace, constitué de rubans ou d'élastiques tendus entre les murs, le sol et le plafond, crée des dynamiques qui restructurent l'espace en le transformant le plus souvent en un labyrinthe. A l'instar des dessins sur papier, les installations se présentent comme des réseaux de lignes dans lesquels le spectateur est invité à se déplacer.

L'éphémère et le fragile font partie de l'art de l'installation. Ils traversent le projet d'Anne-Flore Cabanis qui détruira à l'issue de l'exposition un dessin, geste artistique qui se gravera dans la mémoire des visiteurs.

Amélie Pironneau auteur de «La Peinture En France - 1968-2000 : Les Années De Crise» éd. Archibooks

« "Dans la préhistoire des peuples, où l’écrit et le dessin coïncide encore, c’est la ligne l’élément donné."

Paul Klee




Anne-Flore Cabanis fait face au problème de la structure et de la composition en utilisant comme base l’élément le plus fondamental, c’est-à-dire la ligne. (...) » lire la suite

Alexis Rastel

«Dans la préhistoire des peuples, où l’écrit et le dessin coïncide encore, c’est la ligne l’élément donné.» Paul Klee




Anne-Flore Cabanis fait face au problème de la structure et de la composition en utilisant comme base l’élément le plus fondamental, c’est-à-dire la ligne. Réunir ainsi la couleur et le trait, sans que l’un prédomine sur l’autre, se présente comme une entreprise absolue.

«Si des points sont liés de façon continue, ils forment une ligne. La ligne sera donc pour nous un signe qui peut se diviser en parties dans sa longueur, mais donc la largeur est si mince qu’on ne peut jamais le fendre… Si plusieurs lignes sont réunies, comme les fils dans une toile, elles formeront une surface.» Leon Battista Alberti, De pictura

D’après l’essai publié en 1860 par l’historien d’art Gottfried Semper, les procédés de tressage et d’entrelacements des fibres sont parmi les premières formes artistiques inventées par l’homme. En désaccord avec cette thèse, l’historien d’art autrichien Alois Riegl ne considérait pas le fil comme la ligne prototypique ; mais la trace, «comme élément de tout dessin, de toute peinture, et de manière générale de tout art réalisé sur une surface plane».


La ligne d’Anne-Flore Cabanis marque durablement une surface solide par un mouvement continu. La trace laissée est additive, souvenir d’un geste qui explore. Comme la ligne active* décrite par Paul Klee, Anne-Flore Cabanis emmène librement en promenade sa ligne.
Selon John Ruskin : «un grand dessinateur peut tracer toutes les lignes qu’il veut, sauf une ligne droite». Notre regard longe un tracé géométrique, une ligne alternant rationalité et intuition. Entre la maîtrise du certain et la maîtrise du risque, Anne-Flore Cabanis développe une ligne à la surface et dans l’espace, attentive au moindre changement de rythme et de sensation.
En progressant sur la ligne, le travail de la mémoire s’accomplit. Fil conducteur d’une conscience, la ligne directrice concentre l’histoire passée, l’action présente et le potentiel futur d’une chose. Comme les lignes d’une vague révèlent les courants de l’eau, celle d’Anne-Flore Cabanis réside dans le fait de savoir comment les choses se déroulent.


Sa ligne décrit donc un trajet, celui de la vie comme la somme des traces, de toutes les inscriptions de nos mouvements, quelque chose qu’elle peut retracer sur le sol. Les différentes routes à longer constituent un maillage de cheminements, environnement qui ressemble plus à une «architexture» qu’à une architecture. Suivre un trajet est le mode adopté par les êtres vivants pour habiter la Terre. En traçant un chemin de vie, l’habitant contribue à son tissage. La connaissance se développe donc de manière continue : le marcheur apprend en marchant, sur le ligne tracée par le voyage dans le territoire de l’expérience vécue. Comme Bergson le dit : «l’être vivant est surtout un lieu de passage» qui habite non sur des points mais en suivant des lignes. Celle d’Anne-Flore Cabanis est topique : elle crée consciemment ou inconsciemment le contour de lieux.


Le tracé d’Anne-Flore Cabanis compose une carte énigmatique. D’après l’ancienne tradition, la géométrie ne servait pas seulement à organiser un système du monde, mais correspondait aussi à une pratique et à une discipline. L’ascèse procurait une expérience directe, une union entre l’énergie mentale et physique de l’homme : La quête de la vérité.
Entre des points de vue subjectifs et objectifs, le chemin d’Anne-Flore Cabanis change sans cesse et constitue le motif du labyrinthe: réunion possible de l’art et de la géométrie.

«Le plus bel ordre dans ce monde, c’est un tas de balayures assemblés au hasard.» Héraclite

Le labyrinthe se perçoit comme un archétype de l’usage apotropaïque* des motifs. Le principe est d’attirer les démons vers la surface par la fascination que le motif exerce sur eux. Pour nous, comme le signale J.L. Borges : «Un labyrinthe est une chose faite à dessein pour confondre les hommes». Dans l’art tantrique*, le labyrinthe représente citta ou l’aspect mental de l’esprit. Conçu à la fois comme contenant et contenu, il représente le corps physique et le corps éthérique. A la question : «qu’est-ce qu’un labyrinthe?», le maître tantrique Trungpa Rinpoché répondit : «c’est un gribouillis divin».


Le dessin labyrinthique d’Anne-Flore Cabanis devient un signe. Un signe qui se réfère à un symbole que l’on peut aspirer à connaître, mais dont la signification ne s’explique pas de manière rationnelle. Il montre un chemin inconnu. Dans l’univers ordonné, l’intellect qui en fait partie ne semble pas capable de découvrir son unité. Plus, il s’approche d’une solution, plus elle devient hermétique. Une équivalence se crée entre la structure reliant les mythes et celle qui unit le cosmos décrit par les mythes. Elle suggère que le schéma du labyrinthe est l’aboutissement d’une transformation semblable ou comme le dit Claude Lévi-Strauss : «Le mythe apparaît comme un système d’équations où les symboles ne sont jamais nettement perçus».
Le labyrinthe d’Anne-Flore Cabanis semble émerger de la mer tumultueuse du champ «gestaltique». A l’intérieur du mythe grec*, s’introduire dans le dédale n’est pas pour Thésée une régression. Il s’agit plutôt d’habiter et de redécouvrir la dimension de son propre corps. Comme la chrysalide pour le papillon, le labyrinthe creuse un cocon dans lequel l’âme peut se former. Le mythe rappelle comme involution et évolution sont interdépendantes. Comme le héros grec, «D’un sommeil incompris à un réveil inattentif» (R. M. Rilke), nous sommes égarés face à l’image produite par le mythe. Notre regard s’égare aussi le long du chemin sans savoir exactement où et comment il nous mène, sans connaître le mouvement dans son ensemble.
En tirant sur le fil d’Ariane, Thésée dresse au fur-et-à-mesure la carte du dédale. Il le transforme en labyrinthe et se trouve lui-même métamorphosé. Le symbole du labyrinthe imagine donc le monde comme un dédale et la vie comme le cheminement de l’expérience.
Le fil ininterrompu d’Ariane, symbole du chemin de l’âme, rattache donc l’homme à une source. L’ignorer, c’est rompre avec le Logos et se séparer de la continuité. L’énigme posée par le modèle géométrique et topologique du dédale représente donc la structure du langage dans le mythe. Comme l’âme relie le visible et l‘invisible, la ligne d’Anne-Flore Cabanis est un axe qui joint et sépare les deux parties inverses et symétriques d’un dessin unique. Son labyrinthe n’est donc pas un dédale : il représente la voie menant hors du dédale, trace créée à partir d’un dédale transformé, c’est-à-dire la solution que nous cherchons.

«Le langage est le symbole de l’incommunicable.» Walter Benjamin

Le mythe suggère une préexistence de l’écriture sur la parole ou du moins une création simultanée de l’écriture et du langage. Ce serait donc en dessinant la trace d’un geste, que l’homme inventa la parole.


Anne-Flore Cabanis, tel le scribe ou le calligraphe, apprend l’art de tracer des lignes. S’agit-il d’une écriture, d’un système mnémonique ou d’un système de combinaisons et de divinations, c’est-à-dire un système mathématique imbriqué au langage?


Son dessin, entre un sub-langage et un méta-langage, consiste à lier une écriture à une vague de lumière qui roule et s’écrase en libérant une image déterminée : une langue de Babel.

«Un sillon qui se trace magiquement sous nos yeux sans traceur, un certain creux, un certain intérieur, une certaine absence, une négativité qui n’est pas rien.» Merleau-Ponty 

LEXIQUE :

- Ligne active : Pour Paul Klee, la ligne active est la plus authentique. Quelle soit tracée dans l’air ou sur une feuille de papier, au moyen d’une canne ou d’une plume, la ligne se développe à partir d’un point, suivant un mouvement qui, la laisse libre d’aller où elle veut, pour le pur plaisir du mouvement. La ligne active, selon sa propre temporalité, est une ligne «qui se promène librement et sans entrave.»


- Apotropaïque : pratique qui consiste à se protéger des esprits malins ou des démons en inscrivant sur des surfaces des motifs complexes et visuellement déconcertants. Ils ne peuvent alors s’empêcher de passer devant sans avoir d’abord analysé ou résolu l’énigme qu’il présente.
- Le tantrisme : Le mot tantra, se traduisant par «métier à tisser», est complémentaire à celui de sutra, trame constituée par le fil. L’expérience à laquelle mène le tantrisme, appelée aussi «voie soudaine» ou «sagesse folle», est décrite par Trungpa Rinpoché comme «le ciel tombant sur notre tête comme une crêpe bleue».


- Mythe crétois du labyrinthe : Le héros athénien Thésée, après avoir été jeté dans le labyrinthe de Cnossos par le roi de Crète Minos, terrassa le Minotaure enfermé au cœur du dédale. C’est grâce au fil donné par Ariane, fille de Minos, qu’il parvient à en sortir. Quand au génial inventeur de ce labyrinthe, Dédale s’inspira probablement de celui menant au royaume des morts.

Alexis Rastel curateur et fondateur de la galerie ArchiRAAR

« Tantôt l’espace est traversé partiellement par des cercles colorés, sorte de corps moléculaires qui semblent glisser et flotter sur la surface. Tantôt il est recouvert all over par des dessins au stylo-bille réguliers dont le tracé labyrinthique semble avoir entraîné l’expansion.

Dans les deux cas, le dispositif accuse la planéité du tableau et met en évidence la surface. Dans les deux cas, l’absence de centre et de limites indique que la question de la spatialité constitue l’enjeu principal de la composition. (...) » lire la suite

Amélie Pironneau

Tantôt l’espace est traversé partiellement par des cercles colorés, sorte de corps moléculaires qui semblent glisser et flotter sur la surface. Tantôt il est recouvert all over par des dessins au stylo-bille réguliers dont le tracé labyrinthique semble avoir entraîné l’expansion.

Dans les deux cas, le dispositif accuse la planéité du tableau et met en évidence la surface. Dans les deux cas, l’absence de centre et de limites indique que la question de la spatialité constitue l’enjeu principal de la composition.

Tous ces éléments qui se réfèrent à l’histoire de la peinture abstraite sont remis en jeu sans visée expressive ou métaphysique, sans recherche d’effets de style. Anne-Flore Cabanis évoque ainsi sa pratique picturale : « Je me laisse porter par un rythme et un équilibre particuliers », une façon de préciser que rien n’est joué d’avance au cours du processus d’élaboration du tableau en dépit des règles qu’elle invente pour elle-même, que la peinture comporte une part d’inattendu dont l’artiste doit faire librement l’expérience.

C’est cette dimension que les artistes à partir des années 80 ont replacée au cœur de leur réflexion lorsqu’il s’est agi de répondre à la défection de la peinture et de dépasser le stade ultime que constituait le tableau monochrome, en s’affranchissant des règles imposées par le formalisme moderniste. Le jeu sur la spatialité, sur sa valeur dynamique a permis de réintroduire la notion d’image et d’échapper ainsi à l’opposition de l’abstrait et du figuratif.

Bernard Frize n’hésite pas à déclarer : « Mes peintures sont des images », mais une image qui ne se définit plus en terme de représentation mimétique, une image au-delà des données visuelles envisagées par là même comme le moyen d’un renouvellement de l’abstraction picturale.

Anne-Flore Cabanis se place dans ce rapport à l’image en reconvoquant le décoratif banni par le modernisme. Il procède à la fois d’une logique chromatique qui met en tension la surface monochrome d’une blancheur lumineuse et les couleurs vives sur laquelle elles se détachent et d’une logique graphique qui confère aux formes issues du dessin un caractère d’ornement. Cette démarche qui met en valeur le travail de peinture vise à déplacer le regard du spectateur sur la surface du tableau à la rencontre d’une image mouvante et fugace.

Amélie Pironneau auteur de «La Peinture En France - 1968-2000 : Les Années De Crise» éd. Archibooks

« Anne-Flore Cabanis trace un chemin. L’ensemble de son travail plastique déroute la vision, l’esprit, le coeur des âmes qui errent dans le cloisonnement des sociétés post-­modernes.

-- Installations : Le scotch est un outil du quotidien. Depuis 2003, Anne Flore Cabanis ponctue des architectures urbaines et intérieures de séquences adhésives, dessinant les circuits invisibles de son imaginaire. Apposées sur des murs ou des trottoirs, ses lignes ouvrent les perspectives. (...) » lire la suite

Éva Steinitz

Anne-Flore Cabanis trace un chemin. L’ensemble de son travail plastique déroute la vision, l’esprit, le coeur des âmes qui errent dans le cloisonnement des sociétés post-­modernes.

--Installations :

Le scotch est un outil du quotidien. Depuis 2003, Anne Flore Cabanis ponctue des architectures urbaines et intérieures de séquences adhésives, dessinant les circuits invisibles de son imaginaire. Apposées sur des murs ou des trottoirs, ses lignes ouvrent les perspectives. On se projette dans ces labyrinthes comme si ils écartaient l’horizon figé et matériel. L’évolution mentale représentée au travers des diverses orientations et contournements qui dirigent le circuit vers une fin, un point d’abandon, prend un aspect apaisant. En effet, si l’on s’amusait à suivre «ces fils d’Ariane», on danserait beaucoup.

--Dessins :

Anne-Flore Cabanis est obsédée. Cela a commencé vers 2001. À l’époque, mêlant la performance au dessin, elle réalisait deux oeuvres de dix mètres de large sur un mètre cinquante au stylo bille bleue. Le principe qu’elle respectera au fur et à mesure des années est pernicieux. Partant d’un point de départ, elle va sans lever la main ni revenir sur ce qu’elle a déjà inscrit, faire progresser son unique trait dans le vide. Jusqu’où ? Jusqu’à l’infini. Car le résultat sera quelque chose qui rappelle la carte de géographie, à la fois explosant les contours et dans les détails de laquelle on plonge.

Maniaquement depuis, ses dessins sont aussi devenus figuratifs. Elle a réussi en effet à rentrer dans des objets avec cette ligne qui va définir une forme.

Elle a également fait l’expérience d’incarner des valeurs boursières en composant par-­‐dessus leur rendu, le dessin du produit qui symbolise les entreprises qu’elle a choisi. Une manière de sublimer l’argent ? Tout en continuant de dévoiler des paysages abstraits sur d’autres planches.

Anne Flore Cabanis varie du bleu au noir et joue avec l’intensité de ses impressions. Ses dessins offrent la plupart du temps, un centre, la convergence de fonds vers des inscriptions fortes.

--Tableaux :

La matière permet au peintre de se perdre. Les recherches picturales d’Anne Flore Cabanis l’ont conduite à des mondes qui se pénètrent. Sortir de la ligne l’a amenée aux cercles. La couleur s’est animée et si certaines de ses applications sont pures, d’autres montrent un dégradé. De formats tous différents, ses toiles «aux cercles» proposent à leur spectateur de s’immerger dans ces structures de bulles, rappelant le vaporeux des nuages que l’on transperce en avion.

Avec Anne-Flore Cabanis on arrive toujours au-­delà du ciel. Son abstraction est une élévation.

Même avec les lignes qu’elle reprend aujourd’hui, sa peinture sort de terre comme une racine jaillit en flèche. En effet, sur la toile, ses lignes ne sont plus d’un relief stricte, elles ont des débuts et des fins, des directions divergentes et des épaisseurs qui ne proviennent plus d‘un seul point de vue. Il n’y a plus de visée, Anne-Flore Cabanis nous fait sortir de nous, de la structure.

Éva Steinitz auteur de «Le livre de l'immaturité» éd. Allia

« Lignes, ruptures, plans

Quel est le fil conducteur du travail d’Anne-Flore Cabanis, jeune et talentueuse plasticienne issue des Beaux Arts de Paris mais aussi d’expériences et d’explorations multiples l’ayant conduite aux quatre coins du globe comme aux points cardinaux des sciences humaines ? (...) » lire la suite

Frédéric Elkaïm

Lignes, ruptures, plans

Quel est le fil conducteur du travail d’Anne-Flore Cabanis, jeune et talentueuse plasticienne issue des Beaux Arts de Paris mais aussi d’expériences et d’explorations multiples l’ayant conduite aux quatre coins du globe comme aux points cardinaux des sciences humaines ?

Et bien la réponse est dans la question : le fil conducteur de l’artiste, c’est précisément ce ruban qu’elle déroule et nous déroule dans un geste qui n’a jamais de fin et dont pourtant l’on pressent que l’origine vitale ou plutôt que le sursaut artistique vient justement d’une rupture fondatrice.

Ligne brisée qui depuis, dans une vision inaccessible du monde habite l’artiste. Lignes infinies dorénavant qui se tracent au-delà du perceptible, nous faisant partager la grâce et la transcendance d’une vision qui souligne et transfigure, contient et complète, nous donne enfin à écouter le silence de l’architecture, de la ville, des pas, des intentions jamais formulées et pourtant latentes.

Rubans, élastiques, couleurs, blancheurs, petits riens, au sol, au plafond, partout ou s’évitent les gens, ces « pas grand-chose » qui rhabillent et raniment le « maintenant », abordant de front la vie contemporaine avec une sensibilité proprement sensuelle, personnelle et pourtant maîtrisée, géométrique, terriblement efficace.

Et que dire de ce dessin qui a commencé depuis bientôt dix ans et jamais ne se tarira tant qu’Anne-Flore conduira son geste jusqu’au-boutiste, recréant au passage les planètes et les organes, et même un cerveau géant ? Que dire à l’instar des peintures vibrantes, émouvantes, mouvementées, des magnifiques dessins qui déploient leurs labyrinthes dans les nuances contrastées et délicates de gris et de noirs, de blancs et de traits, au bic, toujours et simplement au stylo bic ?

Il faut imaginer le geste de ce bras ample qui sans cesse poursuit une ligne qui jamais ne se croise, qui jamais ne connaitra d’intersection, pour comprendre ce qui nous attire d’emblée dans le travail mystérieux d’Anne-Flore Cabanis : le fil conducteur, c’est le trait ; et son trait, c’est son corps, c’est véritablement sa ligne de vie qui chaque fois qu’elle se remet au travail est le filet qu’elle désenchevêtre pour nous déciller le regard.

Frédéric Elkaïm co-fondateur et consultant de Cercle Menus Plaisirs pour l'art contemporain

interviews

interview par instantané d'art

interview par radio marais

visites filmées - makings of

collage in situ «Chronotopie» Ixelles, Bruxelles - Belgique

installation «Tracés» Gare SNCF - Nuit Blanche Metz

installation «Connexions» CENTQUATRE-PARIS

installation «Augure» Villeneuve La Garenne

installation «Rebonds» La Filature - Mulhouse

collaboration «Entrelacs» Galerie Talmart - Paris

contributions autour des expositions ...

Cécile_c aux Galeries Lafayette

BEENHERE DONETHAT_you tube

mistifeye_you tube

Jardins Enmetamorphose_you tube

Hugues Draye_you tube

gingoldescu_you tube